Mazda CX-3 - En plein dans le mille!

Mazda CX-3 - En plein dans le mille!

Les utilitaires sous-compacts ne sont pas qu’une affaire de mode temporaire. Leur multiplication le confirme, tout comme l’apparition de nouveautés de plus en plus sophistiquées comme, par exemple, le Mazda CX-3.

Avec le CX-3, Mazda a visé dans le mille. C’est ce que nous ont dit toutes les personnes qui ont vu notre véhicule d’essai. On apprécie son élégance, son format adéquat et ses prix attrayants. Qui plus est, ces commentaires approbateurs provenaient autant de vieux routiers que de jeunes automobilistes.

Le CX-3 fait partie d’un nouveau créneau d’utilitaires sous-compacts inauguré par le Nissan Juke. Dévoilé au Salon de l’auto de New York en avril 2010, plusieurs chroniqueurs avaient dit de ce véhicule jugé trop petit qu’il n’était qu’une simple... «joke». Pourtant, cinq ans plus tard, il est toujours là. Les ventes croissantes dans ce créneau confirment d’ailleurs l’intérêt des consommateurs envers une offre qui se multiplie. Aujourd’hui, on dénombre au moins huit véhicules concurrents dans cette catégorie et des rumeurs laissent entendre que d’autres nouveautés pourraient s’ajouter.


Si le Juke a dû jouer le rôle difficile de précurseur, le CX-3, lui, arrive au bon moment, car aujourd’hui les consommateurs sont réceptifs et ouverts à ce genre de véhicule polyvalent.

Fabriqué à l’usine Mazda d’Ujina, au Japon, dont proviennent également les utilitaires CX-5 et CX-9, le CX-3 partage la plateforme de la nouvelle Mazda2, une voiture attendue au Canada en 2016. Bien que ces deux véhicules aient le même empattement, le CX-3 est toutefois plus long (+215 mm), plus large (+70 mm) et plus haut (+55 mm).

Les dimensions de sa carrosserie l’assimilent à ses rivaux le Honda HR-V, le Chevrolet Trax et le Buick Encore, le Jeep Renegade, les Fiat 500L et 500X, sans oublier le Juke, naturellement. À cet éventail de produits, on peut aussi ajouter le Scion xB, un modèle vendu au compte-gouttes depuis 2011 (quasi invisible sur nos routes) et dont la carrosserie possède essentiellement les mêmes dimensions.

Tous ces véhicules, sauf le Buick Encore, ont des prix de base gravitant autour de 20 000 $. Celui du CX-3 est d’ailleurs 5 $ plus élevé seulement que celui du Honda HR-V!

Coffres à deux niveaux

Pour une maisonnée ne comptant que deux personnes, le CX-3 peut être préféré à une petite voiture en raison de son habitacle transformable et de sa position de conduite plus élevée.

Par rapport à ses rivaux, cependant, le CX-3 n’offre pas le coffre le plus volumineux. Ce Mazda se contente de cotes moyennes (408-1528 litres) qui le favorisent par rapport, à tout le moins, au Juke, l’utilitaire sous-compact qui a le plus petit coffre (297-1017 litres). Par ailleurs, la carrosserie très «carrée» du Fiat 500L et du Scion xB procure à ces deux modèles un volume utile maximal très important (plus de 1900 litres), alors que le HR-V de Honda demeure le meilleur choix tous azimuts pour son coffre, tant en ce qui concerne le volume utile (655-1927 litres) que pour les multiples façons dont on peut exploiter son aire à bagages.

Faute d’offrir un volume utile minimum plus impressionnant, le coffre du CX-3 offre une solution de rechange lorsque la banquette arrière est en place. En effet, la section arrière de son plancher s’ajuste à deux niveaux. La position la plus basse (ou profonde) procure assez d’espace pour charger deux valises de 67 cm derrière la banquette occupée. Par ailleurs, la position la plus haute aplanit la surface de chargement au niveau des sièges arrière rabattus, ce qui facilite le chargement d’objets encombrants.

Mentionnons que les sièges baquets sont moulants et procurent un haut niveau de confort, alors que la banquette arrière convient plutôt à des enfants. Cela dit, une famille ayant un ou deux enfants aura avantage à se tourner vers un véhicule plus volumineux et plus spacieux, comme le Mazda CX-5.

Moteur efficace

À l’instar du HR-V et du xB, le CX-3 est animé par un moteur 4-cylindres atmosphérique, alors que les autres concurrents dans ce créneau misent sur des moteurs suralimentés. La solution du turbocompresseur permet de tirer davantage de puissance d’un moteur ayant une plus faible cylindrée. Le 4-cylindres turbo de 1,6 litre du Juke, par exemple, livre 188 chevaux, et celui de 1,4 litre que partagent les 500L, 500X et Renegade en produit 160. Mais cette formule peut se révéler moins écoénergétique lorsque le moteur est soumis à un usage plus rigoureux.

Le petit Mazda, lui, dispose d’un moteur Skyactiv de 2 litres à injection directe et taux de compression élevé (13 à 1). Ce moteur de 146 chevaux produit son couple maximum, 146 livres-pieds, à très bas régime: dès qu’il tourne à 2800 tours/minute. Ce moteur livre au petit utilitaire une puissance très linéaire qui favorise autant les accélérations lors d’un départ arrêté (0-100 km/h en près de 9 secondes) que les reprises. Ces performances honorables pour un véhicule à vocation familiale s’accompagnent d’une consommation d’autant plus raisonnable. Durant nos essais au volant d’une version automatique à quatre roues motrices, nous avons relevé une consommation moyenne de 7,5 litres/100 kilomètres.

Pour les trois versions – GX, GS et GT – inscrites au catalogue, ce moteur est jumelé à une boîte automatique Skyactiv-­Drive à 6 rapports dotée d’un mode manuel (avec palettes montées derrière le volant pour la version GT seulement). De plus, la transmission intégrale, qui fait partie de la dotation de série du CX-3 GT, figure parmi les options des versions GX et GS valant 2000 $.

Ce qui m’étonne agréablement chez Mazda, depuis quelques années, c’est le soin apporté à la construction des véhicules. Lorsqu’on observe le CX-3, par exemple, on constate combien la finition de la carrosserie est soignée, et les matériaux de l’habitacle sont d’une qualité nettement supérieure à celle des matériaux employés par les concurrents. En outre, le châssis est d’une grande rigidité et ne laisse filtrer aucun bruit ou vibration parasite, ce qui donne l’impression que l’on conduit un véhicule de luxe coûtant bien plus cher. D’ailleurs, ce petit véhicule se comporte parfaitement bien sur nos routes québécoises, même s’il vous vient l’idée d’aller à la pêche dans l’arrière-pays. La beauté de la chose, c’est qu’il est aussi efficace en ville, où son faible rayon de braquage et ses dimensions réduites en font un véhicule facile à manœuvrer. Cette polyvalence alliée à une grande qualité de construction contribue assurément à le rendre aussi attrayant.

Mazda CX-3 / Fiche technique

Prix

20 695 $ (GX); 24 195 $ (GS); 28 995 $ (GT); 30 495 (GT Technology).

Transport et préparation

1895 $

Groupes motopropulseurs

L4 DACT, 2 L, 146 ch à 6000 tr/min, 146 lb-pi à 2800 tr/min. Boîte de vitesses automatique à 6 rapports. Deux roues motrices avant ou transmission intégrale.

Particularités

Suspension indépendante aux roues avant; essieu rigide de torsion aux roues arrière. Freins à disque aux quatre roues. Antiblocage de série. Pneus: 215/60R16 (GX et GS), 215/50R18 (GT).

Cotes

Empattement : 2570 mm; longueur: 4274 mm;

largeur: 1767 mm; hauteur: 1542-1547 mm. Poids: 1275-1339 kg. Volume du réservoir: 48 litres (2RM); 45 litres (4RM). Volume du coffre: 408-1528 litres. Consommation moyenne (essai; 4RM) : 7,5 L/100 km.

Concurrence

Buick Encore, Chevrolet Trax, Fiat 500L, Fiat 500X, Honda HR-V, Jeep Renegade, Nissan Juke, Scion xB

Points forts

  • Construction soignée
  • Moteur performant et écoénergétique
  • Intérieur confortable et polyvalent
  • Boîte automatique efficace

Points faibles

  • Visibilité arrière réduite
  • Volume du coffre limité (banquette arrière en place)

 

Incontournable style Kodo

Mazda a voulu donner à son premier utilitaire sous-compact un style qui le rend immédiatement reconnaissable et conserve un air de famille. On lui a donc donné des attributs du style «Kodo» (expression japonaise signifiant «l’âme du mouvement») exposé pour la première fois en 2010 avec la voiture-concept Shinari puis, un an plus tard, sur le Minagi, le concept d’un utilitaire préfigurant le CX-5, premier modèle de série à adopter ce style.

Le CX-3 s’est donc retrouvé avec des lignes fluides et sculptées, un habitacle compact repoussé vers l’arrière jusqu’à des montants D dissimulés et un porte-à-faux arrière ultracourt destiné à accentuer la sensation de mouvement vers l’avant.

Ces formes sont mises en valeur par une ceinture de caisse élevée, des moulures de passages de roues et de bas de caisse évidentes, plus encore avec les roues de 18 po de la version GT. Un modelage qui donne plus d’impact, aussi, aux sept coloris extérieurs proposés en leur permettant de changer au gré de l’éclairage, entre autres le nouveau Céramique métallique, un gris délavé original exclusif à Mazda.

À l’avant, la calandre proéminente avec ses sept barres argentées et un profil ailé caractéristique s’étirent jusqu’aux projecteurs dont la forme préfigure l’esthétique de futurs modèles de la marque. Dans le cas de la version GT, dotée de projecteurs à DEL, les designers comparent ces blocs optiques aux «yeux d’un prédateur aux aguets»!


Planifiez un essai routier