Mazda CX-9 2016: Un pas de géant

Mazda CX-9 2016: Un pas de géant

Enfin, le gros CX-9 fait peau neuve pour 2016. Et on peut dire que Mazda n’a pas raté son coup.

Enfin, le gros CX-9 fait peau neuve pour 2016. Et on peut dire que Mazda n’a pas raté son coup.

Comme la quasi-totalité des modèles de la marque d’Hiroshima, le CX-9 revêt désormais une carrosserie inspirée du design KODO si cher à Mazda. Difficile de reprocher quoi que ce soit à Mazda de ce côté-là. Dans une industrie où tous les VUS de ce gabarit se ressemblent de près ou de loin, le CX-9 réussit à se démarquer de belle manière.

Et il n’y a pas qu’au plan du design que le CX-9 se renouvelle pour 2016.

Sous le capot, Mazda a pris l’audacieuse décision d’abandonner son V6 au profit d’un moteur à quatre cylindres turbocompressé de 2,5 litres. Oui, un petit moteur de 2,5 litres pour tirer cette grosse carcasse de près de 2000 kilos. Et vous savez quoi? Il se tire très bien d’affaire.

Grâce à une puissance de 227 chevaux et (surtout) à son couple très élevé de 310 livres-pied, le petit bloc de quatre cylindres ne semble jamais à bout de souffle. Même les reprises se font sans hésitation. Tout ça avec une consommation combinée très raisonnable de 10,5 L/100 km durant ma semaine d’essai. 

Par contre, si vous désirez un VUS capable de remorquer, vous risquez d’être déçu. Avec une capacité de remorquage limitée à 3500 livres, Mazda perdra quelques clients au profit d’autres marques en mesure d’offrir une limite de 5000 livres. Dans la catégorie des VUS à sept passagers, c’est un élément à ne pas prendre à la légère.

Pour ce qui est de la transmission, la boîte automatique à six rapports qui est au rendez-vous fait très bien le travail. Il y a même un mode Sport qui permet de lui faire gérer les rapports différemment, si jamais l’envie vous prend.

Un VUS qui se conduit comme une voiture 

Malgré son gabarit imposant et ses trois rangées de sièges, on n’a pas l’impression d’être dans un VUS quand on prend place à bord du CX-9.

Grâce à son capot plutôt bas et à une position de conduite ajustée en conséquence, on pourrait facilement se croire dans une berline. Ou, du moins, dans un VUS pas mal plus petit.

Cette caractéristique sera une qualité pour certains, et un défaut pour d’autres. Plusieurs propriétaires de véhicules au format du CX-9 disent apprécier le sentiment de sécurité et la visibilité qu’apporte une position de conduite plus élevée.

Mais ne vous détrompez pas, le CX-9 est bel et bien un VUS. Et comme tous les VUS qui se respectent, il est offert avec un rouage à quatre roues motrices.

En fait, mis à part le modèle d’entrée de gamme GS offert à 35 300$, toutes les versions du CX-9 sont équipées de série du système à quatre roues motrices i-Activ de Mazda. 

Et pas besoin de dépenser une fortune supplémentaire pour y avoir droit. Le coût du CX-9, malgré un prix de base au-dessus de la moyenne, ne présente pas de grosse différence entre les versions comme on en voit trop souvent.

GS 2RM: 35 300$
GS 4RM: 37 800$
GS-L: 41 500$
GT: 45 500$
Signature: 50 100$

Une place dans le marché de luxe?

Autre nouveauté cette année, Mazda a introduit une version haut de gamme, la Signature.

Avec un équipement exhaustif allant des dernières technologies en matière de sécurité au volant jusqu’au bois de rose sur le tableau de bord, le CX-9 s’attaque au marché des VUS de luxe. Et avec une facture qui dépasse les 50 000$, le prix est ajusté en conséquence.

Le résultat est appréciable, mais il faudra faire plus que ça pour attirer des acheteurs de véhicules de luxe chez Mazda.

Quand on paie 50 000$ pour une voiture, on veut plus qu’un peu de bois dans l’habitacle. On veut un «standing», et le CX-9 Signature est simplement trop similaire aux autres versions pour réellement se démarquer.

Faut dire que contrairement à presque toutes les compagnies sur le marché, Mazda n’a pas de marque de luxe pour pouvoir commercialiser de vrais véhicules haut de gamme.

Est-ce que la version Signature du CX-9 est un premier pas dans cette direction? On verra bien.

Peu importe la version, le CX-9 est un véhicule bien équilibré qui va chercher le juste milieu entre la robustesse du VUS traditionnel et le plaisir de conduire si cher à Mazda. Un pas de géant par rapport à l’ancienne génération.

C’est déjà ça de gagné.

Fiche technique
Nom : Mazda CX-9 2016
Prix de base : 35 300$
Version à l’essai: Signature
Prix de la version à l’essai: 50 100$
Configuration : Véhicule à deux ou quatre roues motrices avec motorisation à l’avant
Moteur: 4 cylindres turbocompressé de 2,5 litres
Puissance/couple : 227 ch./ 310 lb-pi
Transmission : Automatique à 6 rapports
Consommation d’essence (4RM) : 11,2 L/100 km (ville), 8,8 L/100km (route)
Consommation observée: 10,5 L/100 km
Garantie de base : 3 ans/kilométrage illimité
Concurrence : Honda Pilot, Ford Explorer, Nissan Pathfinder