Montréal 2015 : première nord-américaine de la Mazda2 2016

Montréal 2015 : première nord-américaine de la Mazda2 2016

Mazda profite du Salon de l’auto de Montréal pour présenter en première nord-américaine la Mazda2 2016. Ce modèle inaugure une quatrième génération avec une mécanique éconergétique, une gamme plus diversifiée et une silhouette aguichante.

Les Fit, Versa Note, Micra, Yaris, Sonic, Fiesta, Accent et Rio n’ont qu’à bien se tenir. La nouvelle Mazda2 arrive. Et c’est dans le cadre de la grande fête annuelle de l’automobile que les Québécois la découvriront. Retravaillée de bout en bout, cette « économini » porte désormais la griffe de la marque, tant du point de vue esthétique que technique.

Cette première nord-américaine, que Mazda a réservée à Montréal plutôt qu’à Detroit, en dit long sur l’importance des voitures sous-compactes pour le marché canadien, et plus encore celui du Québec. Car c’est dans la belle province, plus que partout ailleurs au pays, qu’on achète ces petites voitures : 40 % de l’ensemble des ventes se font ici.

À l’échelle mondiale, les sous-compactes sont populaires depuis longtemps. Plus de deux millions de Mazda2

La veille de l’avant-première pour la presse du Salon international de l’auto de Montréal (SIAM), la direction de Mazda Canada avait convié un groupe de journalistes canadiens à un dévoilement à l’atmosphère très particulière. Car c’est au milieu des oeuvres d’art moderne exposées à la galerie Lisabel, dans le quartier Griffintown, que sa plus récente création inspirée du style Kodo a été dévoilée à la presse automobile canadienne.

Par rapport au modèle qu’elle remplace, cette Mazda2 sent le neuf. Sa silhouette conserve peu de traits de l’ancienne, si ce n’est de la ceinture de caisse haute et du vitrage en coin. Car la carrosserie habille un châssis tout neuf, qui n’aurait plus rien à voir avec celui de la Ford Fiesta que partageait la « 2 » de troisième génération. Évocation d’un mariage entre deux constructeurs, qui a abouti à une séparation en 2010. La nouvelle Mazda2 partage plutôt son architecture avec un autre nouveau venu : l’utilitaire sous-compact CX-3, autre vedette de Mazda du SIAM.

Le style Kodo se reconnaît, entre autres, au « museau » proéminent et aux optiques avant très étirées. D’ailleurs, pour la version haut de gamme de cette nouveauté, on nous apprend que ses projecteurs adopteront une forme circulaire évoquant les yeux d’un animal sauvage ! La nouvelle Mazda2 est aussi la première voiture de Mazda dont le bloc optique avant comporte quatre bandes de DEL qui entourent un phare de type projecteur.

(ou Demio, comme on l’appelle au Japon) ont été vendus depuis son lancement, en 1996. Les Canadiens, eux, n’ont découvert cette voiture qu’en 2010. Elle en était alors à sa troisième génération.

En se basant sur les dimensions du modèle japonais, on constate que l’empattement de la nouvelle Mazda2 a gagné 80 mm. De plus, sa carrosserie a allongé de 160 mm et elle est 25 mm plus haute. La largeur, par contre, demeure inchangée.

Mazda Canada proposera désormais, non pas deux, mais trois versions de la Mazda2 : les GX, GS et GT. Les stratèges de la marque s’attendent visiblement à attirer une plus grande clientèle avec cette nouvelle venue, compte tenu de l’engouement qu’on observe actuellement pour les économinis.

Les nouvelles Mazda2 seront munies de roues de 15 ou 16 pouces. Finies, donc, les chétives roues de 14 po de l’ancien modèle de base. La nouvelle Mazda2 d’entrée de gamme aura, bien entendu, des roues en acier avec enjoliveurs intégraux qui donneront une meilleure impression. Quant aux roues des deux autres versions, elles seront en alliage d’aluminium.

Ces roues plus grandes n’affectent pas le rayon de braquage réduit qui caractérisait cette petite voiture. Il demeure à 4,7 m pour les versions dotées des roues de 15 po, alors que la Mazda2 à roues de 16 po conserve un rayon de braquage plus important de 4,9 m.

Les dimensions de l’habitacle n’ont pas été révélées non plus. Si l’on se fie aux voitures dévoilées à Montréal, elles s’apparentent visiblement à celles du modèle antérieur; des cotes que certaines voitures, comme la Honda Fit et la Nissan Versa Note, surpassent surtout pour les places arrière.

En revanche, Mazda annonce une dotation à la mesure des attentes actuelles des consommateurs, surtout en matière de connectivité. Voilà pourquoi le système Mazda Connect sera de la partie. Ce système d’infodivertissement, qui intègre le protocole Bluetooth, permet de profiter de fonctions de connectivité et de communications par Internet, même lors de déplacements. Il permet naturellement une utilisation de la téléphonie mains libres, mais aussi la réception de courts messages textes et la webradio avec des chaînes comme Aha de Harman.

La conception de l’habitacle de cette Mazda2 mise beaucoup sur la sécurité. Le poste de pilotage a d’ailleurs été conçu pour intégrer un dispositif d’affichage « tête haute » semblable à celui qu’on retrouve sur la Mazda3 GT. Avec l’écran tactile de 7 po, qui semble flotter au centre du tableau de bord, et la molette de commande du système HMI, sur la console, la petite Mazda2 prend des allures de modèle haut de gamme.

Une nouveauté importante de cette Mazda2 loge sous le capot. Il s’agit d’un moteur Skyactiv-G à quatre cylindres et injection directe de 1,5 L. Lors du dévoilement montréalais, le constructeur s’est limité à affirmer que ce nouveau moteur serait « plus puissant et 20 % plus éconergétique que le précédent ». Or, la Mazda2 2014 était animée par un 4-cylindres de 1,5 litre à injection électronique produisant 100 ch. Si l’on se base sur les moteurs offerts aux automobilistes européens, soit trois versions de 75, 90 et 115 ch, parions qu’on offrira aux Canadiens quelque chose de semblable à la plus puissante.

À titre de référence, avec la boîte manuelle à 6 rapports, cette version européenne de 115 ch aurait une cote moyenne de consommation de 4,9 L/100 km (selon la méthode de calcul européenne). De plus, il permettrait à cette sous-compacte d’accélérer de 0 à 100 km/h en 8,7 secondes.

On sait toutefois qu’au Canada, ce moteur à injection directe sera jumelé à des boîtes de vitesses à 6 rapports : une manuelle de série et une automatique inscrite parmi les options. Elles remplacent une manuelle à 5 rapports et une automatique qui n’en avait que 4.

Fait à noter, au moment du dévoilement montréalais, les porte-parole de Mazda Canada ne se sont pas prononcés sur une éventuelle disponibilité du 4-cylindres turbodiesel Skyactiv-D de 1,5 L et 105 ch, qui figure au catalogue européen. Ce moteur se contenterait de 3,4 L/100 km (toujours selon la méthode de calcul européenne).

Un autre détail qui distingue cette nouvelle Mazda2 de l’ancienne est son lieu d’assemblage. En effet, la « p’tite japonaise » qu’offriront les concessionnaires canadiens proviendra d’usine toute neuve située à Salamanca, au Mexique. L’ancien modèle était produit à Hiroshima, au Japon.

Avec une gamme comptant plus de versions, les stratèges canadiens de la marque espèrent décrocher une plus grande part du créneau des sous-compactes. On annonce des prix « alignés sur ceux des modèles 2014 ». Inutile d’imaginer une Mazda2 à 9 999 $ destinée à concurrencer la Micra. La petite Mazda restera plutôt dans la ligne de mire des Fit, Versa Note et autres du genre, avec un éventail de prix comparable. Sans compter qu’il y aura désormais une version GT nettement plus cossue.

Reste à voir si le constructeur saura développer un programme de mise en marché capable de rendre la Mazda2 aussi attrayante, à sa manière et dans son créneau respectif, qu’une Mazda3 peut l’être. Après tout, cette dernière génère des ventes 10 fois supérieures à celles de la petite Mazda, chiffre qui influence certains représentants qui nous accueillent chez les concessionnaires…

La Mazda2 sera en vente au Canada à partir de la fin de l’été 2015. Les spécifications des modèles canadiens et leurs prix seront annoncés peu de temps auparavant.