Un favori de toujours

Un favori de toujours

Le Mazda CX-5 fait partie des utilitaires compacts favoris, particulièrement au Québec. Sans doute parce que les acheteurs ont su reconnaître ses qualités et l’agrément de conduite qu’il procure.

Depuis son apparition sur le marché automobile canadien, en février 2012, l’utilitaire compact CX-5 a rallié de nombreux acheteurs en quête d’un véhicule de taille raisonnable, polyvalent, bien équipé et écoénergétique. En 2014, ce véhicule a d’ailleurs permis à Mazda de quadrupler ses ventes au pays dans ce créneau.

Le CX-5 millésimé 2016, qui est déjà en vente depuis le début de l’année, conserve l’essentiel de la silhouette qui avait introduit le style «Kodo» au sein de la gamme Mazda. Ses formes conservent les ailes galbées qui mettent en valeur les roues de 17 po ou 19 po, selon la version.

Les trois versions offertes – GX, GS et GT – affichent de légères retouches esthétiques que seuls les habitués de la marque reconnaîtront. Il s’agit de la calandre, qui a désormais des ailettes horizontales peintes en gris métallisé, et le pare-chocs avant, qui a été redessiné. Trois nouvelles couleurs ont également fait leur apparition dans le nuancier de ce véhicule: Argent soni­que métallisé, Bleu cristal foncé mica et Titane flash mica, ces deux dernières étant partagées avec la Mazda3.

La version haut de gamme GT, celle dont nous avons fait l’essai, bénéficie des changements les plus importants, du point de vue visuel du moins. Le constructeur l’a dotée à l’avant et à l’arrière de blocs optiques à diodes électroluminescentes (DEL), de projecteurs avant adaptatifs à réglage automatique du niveau et de jantes en alliage d’aluminium de 19po dont le nouveau design accentue l’effet tridimensionnel.

Le CX-5 conserve donc son importante surface vitrée qui procure au conducteur un champ de vision avant et latéral généreux. Les montants arrière du toit plutôt larges et la petite lunette du hayon, par contre, limitent la visibilité arrière. Le constructeur compense ce désagrément avec de gros rétroviseurs extérieurs et une caméra arrière, qui demeure réservée aux versions GS et GT.

Un système de surveillance des angles morts doublé d’une alarme signalant la présence d’obstacles se déplaçant transversalement à l’arrière fait également partie de la dotation de série de ces deux versions, comme c’était le cas avec le CX-5 2015.

Notre version d’essai, une GT «toute équipée», avait aussi l’ensemble Technologie qui réunit plusieurs dispositifs d’aide à la conduite procurant une assistance au freinage, une commande automatique des feux de route, une surveillance du louvoiement et pour avertir le conducteur de la présence d’une forme d’obstruction devant le véhicule. Il y a aussi un régulateur de vitesse adaptatif à capteur radar, un système qui devrait faire partie de la dotation de série de tous les véhicules.

CHOIX DE MOTEURS

Côté technique, l’acheteur peut choisir entre deux moteurs, deux boîtes de vitesses et des versions à deux et quatre roues motrices.

Le CX-5 GX, modèle d’entrée de gamme, est offert avec deux roues motrices avant ou une transmission intégrale réactive. Il a l’exclusivité d’un quatre-cylindres Skyactiv-G de 2,0 litres que partagent les Mazda3 les moins chères. Jumelé à une boîte de vitesses manuelle à six rapports de série ou, contre supplément, à une boîte automatique à six rapports, il livre 155chevaux et 150lb-pi de couple, des cotes raisonnables qui annoncent une consommation gravitant autour de 8litres/100km, selon le rouage d’entraînement choisi.

Depuis 2014, les CX-5 GS et GT se partagent le quatre-cylindres Skyactiv-G de 2,5 litres des Mazda3 plus chères. Ce moteur est jumelé d’office à la boîte automatique Skyactiv-Drive à six rapports des versions à moteur de 2,0litres avec toutefois un rapport final plus court. Pour ces CX-5 plus sophistiquées, la boîte automatique dispose d’un mode manuel (appelé Sport) qui figure parmi les options du CX-5GX. En outre, la version GS peut être livrée avec seulement deux roues motrices, mais pas la GT.

Ce moteur de 2,5litres, qui livre 184 chevaux et 185 lb-pi de couple, permet au CX-5 d’accélérer de 0 à 100km/h en 8 secondes environ, soit une à deux secondes plus vite que l’autre moteur (selon le conducteur). Il procure aussi des reprises plus substantielles. À mon avis, c’est le moteur le plus désirable. Il est performant et la boîte automatique effectue son travail avec douceur. En prime, ce moteur a une consommation parmi les plus raisonnables de sa catégorie, comme en témoigne la cote de 8,9litres/100km obtenue au terme de notre essai. Tout cela n’empêche pas le CX-5 d’avoir une capacité de remorquage de 907kg.

INTÉRIEUR MODERNISÉ

L’intérieur du CX-5 est spacieux et pratique. Ce qui frappe le plus, toutefois, c’est la finition soignée et la grande qualité des matériaux utilisés.
PHOTO COURTOISIE MAZDA
L’intérieur du CX-5 est spacieux et pratique. Ce qui frappe le plus, toutefois, c’est la finition soignée et la grande qualité des matériaux utilisés.

L’intérieur du CX-5 2016 n’a guère changé. On remarque l’apparition dans les versions GS et GT, de même que dans la GX équipée de l’ensemble Commodité, d’un écran tactile de 7po servant à une chaîne multimédia. Il se substitue à la chaîne audio plus ordinaire de la version GX de base. Les commandes apparaissant sur cet écran s’activent également à l’aide d’une molette logée sur la console centrale; une interface dont la manipulation reste toutefois perfectible.

On note que le levier de la boîte automatique se déplace maintenant de manière linéaire plutôt qu’en escalier. De plus, un frein de stationnement à commande électronique a remplacé le frein à levier mécanique. Cela a permis de dégager un peu d’espace sur la gauche de la console centrale.

Pour le reste, on retrouve le même intérieur spacieux et confortable qu’avant. Un aménagement qui se distingue par un assemblage soigné et des matériaux de grande qualité. Quatre adultes y prennent place confortablement et malgré une garde au sol élevée (215mm pour les versions à quatre roues motrices et 210mm pour les autres), le seuil du plancher ne constitue pas un obstacle gênant.

Les sièges chauffants sont de série, du moins pour les versions GS et GT, alors que l’interface Bluetooth fait partie de la dotation de toutes les versions, sauf la GX de base.

Le coffre volumineux de cet utilitaire plaît beaucoup. Son volume utile (966litres) minimal se compare favorablement à celui d’un Honda CR-V (1054litres) et d’un Toyota RAV4 (1090litres). Puis, lorsque le dossier fractionné (60/40 pour le GX et 40/20/40 pour les deux autres) est rabattu, ce volume utile double.

À l’instar de la Mazda3, le CX-5 bénéficie d’une qualité de conception et de construction qui pourrait porter ombrage à celle des véhicules compacts des marques de prestige allemandes. Oui, oui! Je parle d’Audi, de Mercedes et de BMW. D’ailleurs, à mon avis, il suffirait de remplacer l’écusson de Mazda par celui d’une de ces trois marques que les consommateurs n’y verraient que du feu!

Mazda CX-5 2016 / Fiche technique

Prix de base

22995$ (GX2RM); 28195$ (GX4RM); 29245$ (GS 2RM); 31245$ (GS 4RM); 34895$ (GT4RM).

Transport et préparation

1895$

Groupes motopropulseurs

1) L4 DACT, 2,0L, 155ch à 6000tr/min, 150lb-pi à 4000tr/min; 2) L4 DACT, 2,5L, 184ch à 5700tr/min, 185lb-pi à 3250tr/min (2RM)/4000tr/min (4RM). Boîte de vitesses manuelle à 6 rapports ou automatique à 6 rapports. Roues avant motrices ou transmission intégrale.

Particularités

Suspension indépendante aux quatre roues. Freins à disque aux quatre roues. Antiblocage de série. Pneus: 225/65R17 (GX, GS); 225/55R19 (GT).

Cotes

Empattement: 2700mm; longueur: 4555mm; largeur: 1840mm; hauteur: 1670mm. Poids: 1458-1629. Capacité du réservoir: 56-58litres. Volume du coffre: 966-1852litres. Consommation moyenne (essai, GT4RM: 8,91L/100.

Concurrence

Chevrolet Equinox, Dodge Journey, Ford Escape, GMC Terrain, Honda CR-V, Hyundai Tucson, Jeep Cherokee, Jeep Patriot, Kia Sportage, Mitsubishi RVR, Nissan Rogue, Subaru Forester, Toyota RAV4, Volkswagen Tiguan

Points forts

> Intérieur spacieux et polyvalent

> Boîte automatique souple

> Consommation raisonnable

Points faibles

> Sièges baquets perfectibles

> Visibilité arrière limitée